Plugin Circus: Mucosa

VRX + Plugin Circus seront présents au Festival Miracle pour présenter leur installation post-scientifique: La Muqueuse-Images!

Plugin Circus est un atelier de recherche architectural et musical travaillant à l’échelle 1.

Dans une double démarche d’économie et de rapidité constructive, il s’intéresse aux structures légères, mobiles et dynamiques : à la lisière du théâtre et de la navigation.

PIC fabrique des machines à sculpter les espaces sans perdre de vue la légèreté de la musique.

Il est parfaitement à l’aise dans des espaces en devenir, des zones de pliure, d’échange où il peut installer une « perméarchitecture » fertilisatrice d’espace, dans un triple mouvement : esthétique, fonctionnel, et structurel.

PIC ne perd jamais de vue les corps : premier véhicule architectural.

PIC s’actualise deux fois : sur les lieux concrets, en amont de la programmation architecturale et des grosses machines tertiaires avec des outils d’expérimentations spatiales à travers différents scénarios, et, proche du cinématographe, il propose une diffusion maîtrisée de ses actions sur d’autres espaces que l’on nomme virtuels, qu’il alimente en image-mouvement.

PIC ressemblerait peut-être à une troupe de cinéma des lieux communs. On peut y trouver des constructeurs, des poètes, des architectes, quelques saltimbanques, des musiciens, ingénieurs, réalisateurs et anthropologues.

PIC ne cherche pas à prendre racine : c’est un tailleur d’espace qui déroule temporairement une ligne spatiale et instrumentale sur mesure.

http://plugincircus.net/

Plugin Circus Dr Mucosa

Charalambos Margaritis

Charalambos Margaritis sera présent en papier et en pensée au Festival Miracle, il présentera le premier numéro du projet The Black Iron Prison Anthology: Amidst the parade of prisoners!

« L’Empire n’a jamais pris fin » (…). Cette phrase s’est apparue encore et encore dans son exégèse ; elle  était devenue une phrase récurrente. Initialement, la phrase s’est apparue en lui dans un rêve. Dans ce  rêve, il était encore enfant, en train de chercher dans des livres poussiéreux dans des librairies de  science-fiction d’occasion. Dans le rêve il avait regardé dans des innombrables numéros de magazines  en lambeaux, des piles sur des piles, pour un hors-série appelé « L’Empire n’a jamais pris fin ». S’il  pouvait le retrouver et le lire, il saurait tout ; ceci était le fardeau du rêve.  Avant cela, pendant son expérience de la superposition de deux mondes, il avait vu non seulement la  Californie des Etats Unis de l’année 1974 mais aussi la Rome antique, et il avait discerné dans la  superposition une Gestalt partagée par les deux continuums spatio-temporels, leur élément commun :  une prison de fer noir. C’était à cela en quoi le rêve se référait en tant qu’ « Empire ». Il le savait car,  ayant vu la Prison en Fer Noir, il l’avait reconnue. Tous vivaient en elle sans s’en rendre compte. La  Prison en Fer Noir était leur monde.  C’est comme de cette façon que Philip K. Dick présente le concept de la Prison en Fer Noir dans son livre  VALIS, le premier de la trilogie de l’Invasion Divine. La Prison serait la réalité du monde, imperceptible à  la plupart de gens, parallèle au monde dont ils font l’expérience quotidienne, son vrai visage caché par  des réalités fausses, sa vérité oubliée.  La série de bandes-dessinées The Black Iron Prison Anthology emploie l’idée de la prison dans des  courtes histoires avec de personnages qui la subissent. C’est une façon de mettre l’idée à l’épreuve :  faire se dérouler des narrations dans son espace. Des images familières présentées dans le contexte de  la dystopie dickienne ne sont pas, en fait, loin de la réalité perçue. Le concept de Dick est un prisme à  travers lequel on risque de comprendre mieux les implications existentielles du monde dans lequel on  évolue.

http://margaritis.tumblr.com/

http://www.kimonosartcenter.com/

Experience_Statistique_Efrati:Turai:Verastegui_Eric_Belleville_3_

Festival Miracle 2017 – Programme

unnamed

Le 22 avril, de 14h à 6h le lendemain, le Festival Miracle sera avant tout un rassemblement d’auteurs de fanzines et d’oeuvres  multiples imprimées: posters, photos, disques seront là pour célébrer l’anniversaire de la chute d’Athènes, de la bataille d’Eckmül et d’Immanuel Kant, de Vladimir Nabokov, Charalambos Margaritis, Yehudi Menuhin et Jack Nicholson. Le 3e jour du mois de floréal (dans le calendrier républicain français), c’est aussi le jour de la fougère <3

Le festival aura lieu:

le 22 avril 2017

au Zaye, 15 rue Jean Zay

14h-35h

Concerts dès 18h:

 

Andres Komatsu

DJ Pablo

Djordjevic

Hélène Richaud

La Danse de la Boue

Naomi Viorencia

Narwhal Recordings

Satanik Mike

Fugu Romance

VRX&DrMucosa

Artistes invités:

 

Andres Komatsu

Alexei Mitelberg

antoine lefebvre editions

Arnaud Picolier

Audrey Gleizes et Maya de Mondragon

Aurélien Guy

Belles Illustrations

Billy Serib

Carine Klonowski

Carlin Diaz

Céline Le Gouail

Charalambos Margaritis

Charlotte El Moussaed

Émilie-Laura Accipe

Freaky Freaky Magazine

Gwendal Coulon/Copies Doubles

Hélène Mourier

Julie Savoye

Katjastroph

Lazerquest (Iris Veverka & Satanik Mike)

Lisa Signorini

Lomé

Louise Siffert

Lorraine Druon

Marie B. Schneider

Marine Goodmorning

Miracle

NXS

Pablo Cavero

Plugin Circus

Romain Baujard

Steven Marcato

Sayo Senoo

Terrain Vague

Thomas Perino

festmiracle

Charalambos Margaritis

« L’Empire n’a jamais pris fin » (…). Cette phrase s’est apparue encore et encore dans son exégèse ; elle  était devenue une phrase récurrente. Initialement, la phrase s’est apparue en lui dans un rêve. Dans ce  rêve, il était encore enfant, en train de chercher dans des livres poussiéreux dans des librairies de  science-fiction d’occasion. Dans le rêve il avait regardé dans des innombrables numéros de magazines  en lambeaux, des piles sur des piles, pour un hors-série appelé « L’Empire n’a jamais pris fin ». S’il  pouvait le retrouver et le lire, il saurait tout ; ceci était le fardeau du rêve.  Avant cela, pendant son expérience de la superposition de deux mondes, il avait vu non seulement la  Californie des Etats Unis de l’année 1974 mais aussi la Rome antique, et il avait discerné dans la  superposition une Gestalt partagée par les deux continuums spatio-temporels, leur élément commun :  une prison de fer noir. C’était à cela en quoi le rêve se référait en tant qu’ « Empire ». Il le savait car,  ayant vu la Prison en Fer Noir, il l’avait reconnue. Tous vivaient en elle sans s’en rendre compte. La  Prison en Fer Noir était leur monde.  C’est comme de cette façon que Philip K. Dick présente le concept de la Prison en Fer Noir dans son livre  VALIS, le premier de la trilogie de l’Invasion Divine. La Prison serait la réalité du monde, imperceptible à  la plupart de gens, parallèle au monde dont ils font l’expérience quotidienne, son vrai visage caché par  des réalités fausses, sa vérité oubliée.  La série de bandes-dessinées The Black Iron Prison Anthology emploie l’idée de la prison dans des  courtes histoires avec de personnages qui la subissent. C’est une façon de mettre l’idée à l’épreuve :  faire se dérouler des narrations dans son espace. Des images familières présentées dans le contexte de  la dystopie dickienne ne sont pas, en fait, loin de la réalité perçue. Le concept de Dick est un prisme à  travers lequel on risque de comprendre mieux les implications existentielles du monde dans lequel on  évolue.

 

Sun7

sun7 est un collectif d’artistes-éditeurs, fondé en 2016 par Marie Glasser, Mattéo Tang et  Carine Klonowski. Les éditions et publications de sun7 s’axent majoritairement sur l’image –  sa production, son altération, réappropriation, diffusion et circulation. Par extension, ces  questions et expérimentations s’appliquent aux objets produits.  L’idée de livre, d’objet et de multiple étant assez élastiques :  le papier brûle à l’impression  l’encre décolore au soleil  les pages sont des autocollants – l’objet disparaît pour être collé sur un autre objet  la publication est un fond d’écran pour bureau – libre de droit  l’objet n’est pas multiple mais son contenu l’est  Puis les publications se prolongent, sont prétextes à la déclinaison. Elles intègrent ou  deviennent des installations, des sculptures, des vidéos… Leur statut et mouvant, en  évolution, oscillant entre objet utilitaire, élément de scénographie ou encore matériau pour  une nouvelle publication.  sun7 aborde la diffusion d’images et l’édition au sens large, comme médiums plastiques et  expérimentaux, à interroger par leur manipulation.

 

Belles Illustrations

Belles Illustrations est une revue de bandes dessinées et d’images narratives dont les 5 numéros parus entre 2008 et 2013 ont permis à ses auteurs d’expérimenter et d’affuter dans les contraintes de formats et de fabrication leurs univers graphiques et narratifs.

On peut parler d’une revue générationnelle dont les auteurs formés ensemble aux arts décoratifs de Strasbourg partagent une vision commune de l’image narrative.

Aujourd’hui la plupart des auteurs de Belles Illustrations publient leurs propres livres.

On retrouve dans ce numéro 4 les prémisses de nombreux projets édités.

Numéro 4

Janvier 2011

136 pages (28/38 cm)

Noir & Blanc, impressions offset

Couverture sérigraphiée

Tiré à 500 exemplaires

avec Alexis Beauclair, François Brunet, Étienne Chaize, Guillaume Chauchat, Guillaume Chauvin, Sophie Guerrive, Bettina Henni, Mathieu Lefèvre, Roxane Lumeret, Léon Maret, Thomas Maury, Joëlle Merizen, Adrien Parlange, Clément Paurd, Jérémy Piningre, Anne-Margot Ramstein, Guillaume Rouxel, Sammy, Stein et Baptiste Virot

Couverture de Marie Saarbach

Site web : www.bellesillustrations.com

 

Céline Le Gouail

Je visibilise ce et celleux qui m’entourent, mes désirs et mes révoltes à travers des bois gravés

et des découpages. Une attente longue et violente, entre plaisir et frustration, comme une image méritée.

Je travaille entre Paris, Strasbourg et toulouse

Je monte en parallèle des ateliers de gravures et de sérigraphies destiné à toutes les identités.

J’organise aussi des salons et des expositions collectives.

Je publie, expose, crée et diffuse avec des personnes dont j’aime la démarche et le travail.

https://celinelegouail.wordpress.com/

 

Copies Doubles Éditions

Né en août 2016 et basé à Paris, Copie Double éditions résulte de l’envie de Gwendal Coulon et Claire Valageas de proposer à des artistes dont ils aiment le travail d’investir une copie double. Chaque copie est éditée à 110 exemplaires en impression numérique ou en sérigraphie en fonction des projets. Les copies présentent un format identique, la contrainte étant la présentation type “copie d’école” demandée à l’auteur (nom, prénom, titre, note) ainsi que la mention d’édition. La numérotation de 0/20 à 20/20 est définie par l’ordre de parution.

À cette cohérence formelle, répond un contenu très varié : photographe, sculpteur, performeur, auteur de bande dessinée, peintre, musicien, illustrateur, écrivain, artiste, dessinateur ou encore graveur se sont exprimés librement sur leur copie. Un classeur sera prochainement disponible afin de réunir sa collection de copies.

 

Terrain Vague

Terrain Vague est une revue imaginées et produites par des artistes, des théoriciens, des auteurs, des activistes et des alliés qui veulent penser et partager ensemble leur réflexion sur le genre, l’identité, la sexualité et l’art.

Audrey Gleizes et Maya de Mondragon

C’est à l’occasion de la performance Soubumbra – Blind Spot Mirror, que s’est opérée la première collaboration artistique entre Audrey Gleizes et Maya de Mondragon.

“Soubumbra c’est un frottement infime, une expérience physique partagée puis propagée. C’est une projection entre le jour et la nuit, un basculement entre le reflet et la perte de vue, une lueur mince et verte entre les lignes et les gestes. C’est un moment élastique tendu comme le regard vers le mécanisme gigantesque et vertigineux, celui de l’Ombre cosmique qui fait du Jour un fatal accident de circonstances bouleversantes.

 La résonance invoquée par cette lecture performative découle du chapitre éponyme Sub Umbra dans Les Travailleurs de la Mer, roman de Victor Hugo publié en 1866.”

_______________________________

Editions à l’occasion du Festival Miracle :

-Posters A3 (tirage limité à 10 exemplaires) NetB impressions laser couleur, prix unitaire 7euros.

-Tattoos Soubumbra (20 exemplaires) , traces de performances, prix unitaire 2euros.

 

BILLY

 

Billy, artiste, sérigraphe, dessine à l’encre de chine, pratique la gravure, et reproduit ses dessins en sérigraphie

sur une multiplicité de supports. A côté de sa pratique d’illustrateur, Billy est aussi à l’initiative de workshops guérilla

et notamment d’ateliers de sérigraphie. Billy fait aussi parti du collectif La Rage où il imprime et donne de la visibilité

à des affiches féministes au delà de la France.

 

– Fanzine format A5 couverture noire entièrement sérigraphié – Sans titre. 2016. auto-édition – Billy – 8€

– Fanzine format A6 couverture beige entièrement sérigraphié – Sans titre. 2016. auto-édition – Billy – 6€

– Poster format 45 x 65cm sérigraphie une couleur rose – Patsy – 2016 – Billy – 20€

– Poster format 45 x 65cm sérigraphie quadrichromie – ABC – 2016 – Billy – 50€

– Poster format 45 x 65cm sérigraphie une couleur noir (couple) – Rose – 2016 – Billy – 20€

– Poster format 45 x 65cm sérigraphie une couleur noir – Roller Derby – 2014 – Billy – 20€

 

Hakea Collina (EMILIE LAURA ACCIPE, ARNAUD PICOLLIER)

 

Hakea Collina est une maison d’édition indépendante consacrée à la création et la publication d’oeuvres graphiques et poétiques en lien avec la Nature. Convaincue du pouvoir qu’a cette dernière d’influer
sur nos manières de vivre, Hakea Collina s’attache à développer des projets à la fois singuliers et sensibles ; qui conçoivent l’édition comme espace de partages, d’expressions et de métaphores pour évoquer notre rapport au monde et sublimer cette grâce de la Nature.

 

Sayo Senoo

Sayo Senoo est une jeune artiste japonaise née à Tokyo, vit et travaille à Paris. Elle vous propose l’air de la commune d’Ohkuma à Fukushima, à deux pas de la centrale dans la zone encore classée interdite.

 

Antoine Lefebvre Editions
Le projet ARTZINES
a deux objectifs: tout d’abord celui de définir une nouvelle catégorie de publications d’artistes au croisement de la contre-culture Do It Yourself et de l’art contemporain, le second objectif est de décrire les récentes évolutions dans le domaine des publications d’artistes et de l’auto-édition au cours des 15 dernières années. Pour ce faire, le projet montrera à quel point la scène punk a influencé l’art, non seulement en tant que courant musical, mais comme l’une des dernières avant-gardes transdisciplinaires de l’art moderne. En effet, en étant à la fois une incitation à l’action, et un mécanisme d’autodétermination, la culture punk du Do It Yourself a planté les graines d’une nouvelle ère dans le domaine des publications d’artistes. Dans son livre Lipstick Traces, Greil Marcus considère même cette influence comme une «histoire secrète du 20e siècle », une histoire alternative de l’art. Prenant leur source dans l’héritage punk, ainsi que dans l’histoire et la tradition des livres d’artistes, les fanzines d’artistes, ou artzines sont un sous-genre dans le domaine plus large des fanzines, mais ils peuvent également être divisés en autant de sous-genres trouvés habituellement parmi les fanzines, tels que les perzines, queerzines, photozines, graphzines, etc.
ARTZINES.INFO est une base de données en ligne dédiée aux fanzines créés et auto-édités par des artistes contemporains. Dirigé par l’artiste éditeur antoine lefebvre editions, et soutenu par Phil Aarons, ARTZINES doit se lire comme un projet de recherche en ligne qui vise à produire un livre de référence sur le sujet de fanzines d’art contemporain.
Biographie : antoine lefebvre editions est la structure d’édition et le pseudonyme de l’artiste éditeur Antoine Lefebvre. Lefebvre est titulaire d’un doctorat en arts plastiques de la Sorbonne où il enseigne. Sa thèse est intitulée «Portrait de l’artiste en tant qu’éditeur, L’édition comme pratique artistique alternative ». Il a créé La Bibliothèque Fantastique (2009-2013), une structure d’édition de livres d’artistes qui a été exposée et acquise par de nombreux musées et bibliothèques, tels que le MoMA, Kunst Bibliothek ou encore le Centre Pompidou. antoine lefebvre editions organise des expositions et publie également un petit nombre d’artistes émergents internationaux et contribue ainsi à rendre leur travail plus visible.

 

Stéven Marcato alias Stéréotype

 

Graphiste, illustrateur et sérigraphe originaire de Lyon, Stéven Marcato alias Stéréotype, né en 1979, vit et travaille à Paris. Passionné par les sciences bizarres et l’imagerie stéréotypée à travers les époques, il est actif dans l’édition et la scène musicale alternative. C’est là qu’il développe son laboratoire d’expérimentations graphiques, qu’il alimente comme un véritable cabinet de curiosités.

Graphic designer, illustrator and screenprinter from Lyon, Stéven Marcato alias Stéréotype, born in 1979, lives and works in Paris. Fascinated by weird science and stereotypical imagery through time, he is active in publishing and the alternative music scene. There he developed his laboratory experiments graphics , feeding as a true cabinet of curiosities.

 

http://st3r3otyp3.tumblr.com/

 

– Présentation du graphzine Vortex #6 – http://www.vortex-zine.net/ – Format A4 fermé – 20 €

http://www.vortex-zine.net/images/photos/vortex6/compovortex6.jpg

 

– 2 cadres :

1/ Format 50x70cm – poster impression quadri – 10 €

http://68.media.tumblr.com/5afa0c7a95cb5c26264042098838a97c/tumblr_ogy3hjtXhu1qj90i4o1_1280.jpg

 

2/ Format A3 – sérigraphie – 10 €

http://68.media.tumblr.com/ccf0c5c055170aaaed117530ddf1f4be/tumblr_mwxq8s1sQf1qj90i4o1_1280.jpg

 

Lomé Lu

 

Lomé Lu

Fais du dessin.

Cherche le réel. Dessine le vide.

Une belle tentative de construction, vouée a l ‘echec.

Erige des monuments que personne ne viendra honorer. Froids et eternels.

 

Fantomes 77–10 EUR-Laser printed, 13x20cm, 10 pages,  20 ex-Lomé Lu-2016

La frappe–10 EUR-Laser printed and silkscreen cover 12x17cm, 12 pages, 30 ex-Lomé Lu-2016

Eurodisney ville nouvelle-15 EUR-Laser printed  18×24,5cm, 22 pages, 30 ex-Lomé Lu-2016

DESERT DU REEL-10 EUR–RISO printed  A5, 40 ex-Lomé Lu-2016

TATTOUAGE-10 EUR-RISO printed  20 ex-Lomé Lu-2016

les liens:

https://lome-iench77.tumblr.com/

http://n-10.fr/

http://numero10.tictail.com/

 

Freaky Freaky Magazine

Freaky Freaky Magazine est un webzine indépendant, promouvant et allant à la rencontre des artistes et designers issus de la culture alternative et queer, d’origines nationale et internationale. Notre travail englobe des reportages photos de soirées et événements de la scène underground, création d’articles et interviews d’artistes émergents ou confirmés, et réalisation de shootings photos.

http://freakyfreakymagazine.wixsite.com/freakyfreaky

 

Hélène MOURRIER

 

Hélène aka H.<3 fights 4queer&bitch lives! WEAREBODIESTHATMATTER   Gwendal Coulon

Né en août 2016 et basé à Paris, Copie Double éditions résulte de l’envie de Gwendal Coulon et Claire Valageas de proposer à des artistes dont ils aiment le travail d’investir une copie double. Chaque copie est éditée à 110 exemplaires en impression numérique ou en sérigraphie en fonction des projets.Les copies présentent un format identique, la contrainte étant la présentation type “copie d’école” demandée à l’auteur (nom, prénom, titre, note) ainsi que la mention d’édition. La numérotation de 0/20 à 20/20 est définie par l’ordre de parution.À cette cohérence formelle, répond un contenu très varié : photographe, sculpteur, performeur, auteur de bande dessinée, peintre, musicien, illustrateur, écrivain, artiste, dessinateur ou encore graveur se sont exprimés librement sur leur copie.Un classeur sera prochainement disponible afin de réunir sa collection de copies.

 

Julie Savoye

Peindre l’inventaire méticuleux des formes obtenues par la décomposition du support décidé. Ne pas se contraindre à l’épuisement de l’énoncé : de bon coeur en égarer le déroulé. Peindre serait ici jouer plus que réaliser.

Aux méthodes scientifiques de l’art conceptuel Julie Savoye substitue celles plus subjectives de l’atelier défini comme le sanctuaire d’expériences sensibles et de jeux plastiques. C’est dans le lieu qui fonde son identité que l’artiste réalise l’activité méticuleuse de la confection de ses peintures.

Julie Savoye aime peindre comme on aime une activité pour le moment de rêverie qu’elle procure. Cette mise entre parenthèse des vicissitudes incarne sans doute assez bien ce que l’on peut attendre des artistes et qui correspond moins à une échappée du monde qu’au rappel de facultés qui demeurent insoumises à l’intéressement social ou économique.

La peinture vaut ici pour ce qu’elle produit comme moment d’un imaginaire ayant pour support tout ce qu’une minutieuse activité manuelle peut apporter de sensibilité et d’intelligence. Une peinture dont je puis interpréter les règles et pressentir pourquoi elles furent déjouées.” Sylvain Sorgato, février 2017

http://www.juliesavoye.com/

 

Thomas Perino

Thomas Perino est un artiste illustrateur issu des Beaux Arts de Paris. Son tout premier livre, un livre d’artiste en gravure, est son diplôme de fin d’études.En 2006, il publie un premier album jeunesse, Pierre dans le loup, d’après un texte d’Élisabeth Quin aux éditions du Seuil. Suivront Alice au pays des merveilles en 2008 et le Chat Botté en 2009, chez le même éditeur.

Thomas Perino travaille la gravure sur bois avec un intérêt tout particulier pour «  l’architecture de l’image », sa composition, ses vides, ses pleins, ses plans dans l’espace … Le tout enrichi de multiples clins d’œil à l’art nouveau et l’art décoratif qui structurent et enjolivent les décors.”

Voilà voilà, j’espère que ça conviendra

https://www.facebook.com/Thomas-Perino-452412258110871/?fref=ts.

 

Lorraine Druon

C’est dans cet interstice qu’ailleurs on nomme heure bleue que se situe le travail de Lorraine Druon : dans cet espace vacant, sur ces places provisoirement abandonnées des grands projets urbanistiques, dont l’organisation n’est plus gouvernée mais appartient à celles et ceux qui occupent le lieu ; dans ces moments qui bordent ou attendent l’événement sans qu’il n’advienne jamais ; dans cette oscillation entre des moments d’aliénation et l’ancrage à la vie.

Les vides entre, les espaces de vibration qui échappent à toute définition sont les vrais sujets. Le hors-champ apparaît comme le lieu de la relation.

 

Marin Esteban

Cliché Photographique argentique noir et blanc de Marin Esteban représentant Mariette Auvray lors du tournage du vidéoclip de la chanson White Trees du groupe BCBG réalisé par Angela Guarrick au studio des Beaux-Arts de Paris au mois de mai deux mille treize.

 

Céline Le Gouail

Je visibilise ce et celleux qui m’entourent, mes désirs et mes révoltes à travers des bois gravés et des découpages. Une attente longue et violente, entre plaisir et frustration, comme une image méritée.

Je travaille entre Paris, Strasbourg et toulouse

Je monte en parallèle des ateliers de gravures et de sérigraphies destiné à toutes les identités.

J’organise aussi des salons et des expositions collectives.

Je publie, expose, crée et diffuse avec des personnes dont j’aime la démarche et le travail.

https://celinelegouail.wordpress.com/

 

NXS

NXS est une série de publications consacrée à l’être à l’ère du digital. Ce premier numéro est consacré à la Cyber-sensualité. C’est en anglais, mesure 15cm par 39cm et présente une collection de contributions d’artistes, designers, écrivains et penseurs contemporains. La méthode utilisée pour produire cette publication ressemble au cadavre exquis: chaque contributeur a reçu un projet précédemment envoyé pour y répondre, réagir, s’en inspirer, ou le réfuter, créant ainsi un réseau de pensées et de scénarios autour de la Cyber-sensualité.NXS est un projet par Goys & Birls, un collectif européen basé à Amsterdam.

 

Katjastroph

Katjastroph dessine en noir, imprime en sérigraphie et peint sur des murs. Fraîchement arrivée de Nantes à Paris, elle continue à produire des images énigmatiques où corps hybrides, objets étranges et animaux humains s’entremêlent et vous observent.

 

ANDRES KOMATSU

Doom Rec.is a digital/floppy disk label of dark and weird electronic music. Totalement déconnecté des enjeux économiques actuel et anti-institutionnel.

Douche Bag : the worst indie shirt-shop of internet. Ultra capitaliste et se vendant au plus offrant.

 

GOODMORNINGGUY aka GMG

“Illustrations à 4 mains sur support photographique.”

 

Terrain Vague

Terrain Vague est une revue faites de mots, de photos, de dessins, d’émotions convoquées, imaginées et produites par des artistes, des théoriciens, des auteurs, des activistes et des alliés qui veulent penser et partager ensemble leur réflexion sur le genre, l’identité, la sexualité et l’art.

Xenoxenism Bus Tours – 10.16.2016

Après une présentation fluviale du Xénoxénisme à bord de Floating On Air (Nuit Blanche/Paris), la prochaine déclinaison des manières de faire du Xénoxénisme sera routière.

Montez à bord des navettes à destination de la Galleria Continua le 16 octobre 2016 à 11h.
Vous devez réserver une place en écrivant  à reservations@galleriacontinua.fr

Vous recevrez un pamphlet accompagnant la performance qui aura lieu alors. Après la performance, une fois arrivés à la galerie, vous pourrez visiter l’exposition collective Nouveaux Mondes Industriels. Retrouvez le sur FFFBBBB.

Pas plus de secrets ici, visitez le blog du Xénoxénisme ou regardez les vidéos.

xxsmbus_96p_0000_couvertureimg_7209xxsmbus_96p_0005_layer-6

Miracle_Mystère • 18.12.2015 @ Point FMR

Soirée de lancement de revue dans une salle de concert: voici les concerts, pour la plupart: Alexis Paul et Saudaa Group, Wassim Halal et Laurent Clouet, Rhodes Tennis Court, Narwhal Recordings.

Filmé par Benoît Lesieux, captation son par Jean-Baptiste Aubonnet.

 

Les penseurs de l’extrême

Le terme d’anarchisme ne suffit pas à recouvrir les tentatives rationnelles de penser la révolte. Par contre, il désigne très particulièrement la tendance à rejeter la vision étatique du monde, et à remettre le fondement tribal des nations en cause.

—-

The word “anarchism” doesn’t suffice to cover all the rational attempts to theorize revolution.

It designates the tendency to reject a vision of the world organized by states, and to question the tribal foundation of the nations subject to revolutionary movements.

—-

Regardez, il y a des petites flèches pour tourner les pages.

penseurs1
« 1 of 24 »

English version below

efratimiracle2015penseurs1

Title: “Thinkers of the extreme”

(picture shows silly allegory and 4 examples of historical terrorist anarchists)

efratimiracle2015penseurs2

The term “Anarchism” means several things. It is a doctrin born at the end of the 18th century, developed by disunited activists  during the 19th century

(picture shows anti-anarchist propaganda stereotype)

efratimiracle2015penseurs3

It is during conferences and symposiums in London, Geneva, Berlin, that the “propaganda of the deed” theory {which justifies killing “innocent” people as part of the act of protesting}. It is the idea that nobody is innocent: even a child is considered guilty of taking part in the capitalist system.

(picture shows pyramid, from top down: the capital, the state leaders, the religious leaders,  the wealthy bourgeoisie and the poor workers.)

efratimiracle2015penseurs4

This theory reacts to european political practices. It has been created by european people. It has been globalised by europeans. To all those who felt innocent, i apologize.

(picture shows justice peeking to see what’s going on and shamanic creatures surrounding her)

efratimiracle2015penseurs5

We feared it for a long time, it has happened: the reign of the resentment-men is in place.
(picture showing cheering resentment-men)

efratimiracle2015penseurs6

Their strenght comes from the confrontation between the elitistim in mainstream ideology and the precariousness which defines living conditions in the third-state of our world. The third-world is not outside. The mines of gold of state leaders are the cheap lives of the mesmerized majority. A third-world which is by nature majority.

(picture shows european aristocrats and people who look like they’re not in good shape, sort of)

efratimiracle2015penseurs7

The intrinsic inequality of the contemporary lifestyle holds thru the surviving value of the fetish cult of luxury. This way of life is not available to all but is always present {to mind}.

efratimiracle2015penseurs8

Frustration generated by this ideological model is such that it can without trouble contribute to sustaining an infinity of theories justifying the anihilation of a system by itself.

(picture shows scary face)

efratimiracle2015penseurs9

We say “resentment” because it is not a matter of perception, of sensation, or of direct emotions. The mind is trapped in a logic loop, though fluxus is filtered through an idea.

(picture 1 shows a cycle from perception to sensation to comparison to resentment and back again to perception…)

We say ‘differential’ because resentment is built on comparison, more or less consciously, of the self with some external object which withholds more legitimacy.

(picture 2 shows matrioshka dolls from simple penguin to luke skywalker in darth vader)

efratimiracle2015penseurs10

All revolution comes from the violent reconsideration of observed facts in terms of justice, ethics, economics, morals… When a domination mechanism becomes unbearable, acts of revolution appear.

(picture shows  guy sitting on another one)

efratimiracle2015penseurs11

Anarchism is a set of ways of thinking global domination. It is not necessary linked to resentment.

In astronomy, “revolution” signifies rotation, turn, the end of a cycle and its continuity.

(picture shows weird un-readable symbol with earth and a damocles sword in a cycle)

efratimiracle2015penseurs12

Resentment becomes unfair revolution. It re-establishes domination by swapping the terms: victims, oppressors, dominated, dominant, virtue, vice…

But some anarchisms are based on the cult of resentment and are easy prey to recuperation. {These anarchisms} do not seek to de-construct oppression but to revert its tendences.

(picture shows super-resentment-man)

penseurs13

Thus, this illustrated study will be composed of two successive presentations.
The fist on enumerates the different theories known as “anarchist” or “libertarian” in chronological order of appearance:

1789: Gracchus Baboeuf, The perpetual land register

1795: DAF De Sade, Philosophy in the bedroom

1840: PJ Proudhon, What is property?

1845: Max Stirner, The ego and its own

1849: HD Thoreau, Civil disobedience

1873: Mikhail Bakounine, Statism and anarchism

1902: Piotr Kropotkine, Mutual aid, a factor of evolution

1931: Emma Goldman, Living my life

penseurs14

The second part describes in detail the second half of the 20th century, from the point of view of the history of political contestation.

(picture showing man burning to death on his own accord)

penseurs15

Its goal is to make it possible to evaluate the instrumentalisation at work in contestation.

For most of the revolutions work with resentment and abide to the cult of unfounded ideologies, as well as submit to illogical, absurd or even stupid values.

(picture shows hand directing puppet directing little people)

penseurs16

Yet there are very good reasons to criticize and redesign the mechanisms of world power.

We must renew the unforgiving criticism of political aberration and socio-economical alienation.

(picture shows silly aristocrat getting his shoes cleaned by a very complex machine.)

note: alienation is a marxist word; it means the people who do all the work have no idea what they’re working for

penseurs17

Piotr Kropotkine, born in 1842 in Moskow, founder of libertarian communism.

For him, anarchism must be based on the scientific study of man and the world.

(picture shows Kropotkine and a worldwide geo-political chessboard)

penseurs18

Preferring scientific theories to ideological dogmas, he attempts to explain the appearance of anarchism through the prism of evolution.

(picture shows evolution)

penseurs19

With Jean Grave, he is the author of the Manifesto of the sixteen, in which he defends in 1916 the military position of France. According to this manifesto, Germany is agressing the other party. Strikeback from the Allies is more than legitimate: it is moral.

(picture shows 1914-1918 brunch stereotype)

penseurs20

For the anarchist community, it is an unforgivable betrayal.

Taking sides with a state is not in the habits of the revolutionary.

(picture shows modified GONZO fist, designed by Hunter S. Thompson)

According to most of the theories, anarchy, being the absence of power, is before anything else pure negation of the concept of state.

 penseurs21

Indeed and without a doubt, the consequence of letting themselves be led by the tip of their limbs, the world population seems to have become numb.

(picture show goose leading Picasso by his penis)

 penseurs22

It appears clearly that bourgeois comfort, after a few decades of development in electronics and the chemical industry, has rendered impossible life independant from state power.

But is it really impossible?

(picture show bourgeois ideal lifestyle)

penseurs23

The dominant ideology is the quest for a stereotyped ego: we live in the cult of commodification.

(picture shows Hello Kitty with sick cat body)

To commodify a thing, is making it cute, or nice, in any case harmless.

penseurs24

What then shall we do with this new tendency to lazy pleasure? Is there something we can gain from this indolent behavior?

(picture shows Bill Gates asking:  “What profit can we make of that?”)

Movie posters

Balazs Turai participe à un groupe de recherches cinéphiles.
Basé à Budapest, cette association se propose de produire des posters de films, toutes catégories confondues, pour témoigner de leur intérêt et proposer leur vision du capital symbolique propre à chacun de ces longs métrages. Voici quelques unes de propositions de Balazs Turai.

 

Louise Lefort – photos d’exposition

Dessinatrice prolifique, promotrice de l’idée selon laquelle  il est absolument crucial que l’imaginaire envahisse le réel de manière radicale, Louise Lefort tend à immerger son spectateur dans une représentation du monde à la fois généreuse et caustique.

Louise Lefort présente son travail dans plusieurs contextes en 2013-2014, notamment:

A la galerie G, à la Garde

Aux rencontres du 9e Art, à Aix-en Provence

Lors de l’émission de la Radio Active Iconophage, du 4 avril 2014:

https://soundcloud.com/iconophage-lemission/iconophage-emission-du-4-avril

IMG_1928 IMG_1151 IMG_1015 _DSC0039